Déborah Coladonato

Déborah Coladonato
Déborah Coladonato

Deborah Coladonato est une auteure de thrillers, développant comme thème principal : l’horreur. Elle a accepté l’interview de notre rédaction. Elle va nous parler d’elle d’abord et ensuite de ses livres.

Rappelons, en passant que Le Bal des psychopathes, son premier roman est sorti chez Estellas Editions.

Bonjour Deborah Coladonato,

  1. Parlez-nous de vous afin que nos internautes vous connaissent
Déborah Coladonato
Déborah Coladonato

Bonjour, je m’appelle Deborah Coladonato et j’ai pris le pseudo de Gabriel C pour mes écrits (Gabriel étant le prénom de mon papa). Je suis mariée et maman de deux jeunes garçons. Parallèlement à l’écriture, je suis enseignante.

  1. Pourquoi écrivez-vous ?

Tout d’abord, c’est un moment d’évasion pour moi. Comme la lecture, lorsque j’écris, je m’évade, je voyage.

La seule différence avec la lecture est que dans mes écrits, je peux faire évoluer mes personnages ou les situations au gré de mes envies.

Ensuite, écrire est un exutoire pour moi. Il n’y a plus de Deborah mais Gabriel C. Ne vous méprenez pas, je ne change pas de personnalité mais j’endosse un rôle qui me plaît énormément.

  1. Depuis quand écrivez-vous ? À quel âge la lecture et l’écriture sont devenus vos passions ?

J’écris depuis l’âge de 10 ans. D’abord dans des journaux intimes, ensuite sur des tonnes de pages que je noircissais avec des histoires. Mais le manque de confiance en moi et en mes écrits ont toujours été un frein.

Il a fallu qu’une maison d’édition s’intéresse à mon roman pour que je me lance véritablement dans l’écriture.

J’ai appris à lire très jeune. Cela a commencé par des contes et je ne me suis jamais arrêtée.

La lecture et l’écriture sont des passions que j’ai depuis mon plus jeune âge.

  1. Quel est votre source d’inspiration ?

La peur. Mais la peur concrète. Des situations dont vous n’avez aucune prise dessus.

Des histoires qui peuvent se passer dans la vie de tous les jours. J’ai beaucoup lu d’ouvrages sur les tueurs en série ou les maladies mentales qui peuvent détruire des personnes et cela est effrayant. Je pars de cette peur pour écrire mes romans.

Je me pose la question « et si … ».

  1. Parlez-nous de vos livres…

Mon premier roman s’intitule « Le Bal des Psychopathes ». C’est un huis-clos où une jeune femme se retrouve aux prises avec trois psychopathes. On suit son parcours pour qu’elle s’extirpe de cette situation.

J’explore la psychologie de chaque personnage et surtout de l’héroïne. Ses émotions, ses réactions face à la cruauté de ses bourreaux.

Mon second roman « Les yeux crépusculaires » paraîtra très prochainement aux Editions Estelas. Je reste toujours dans le thriller mais avec une enquête en toile de fond.

Un imitateur de Jack l’éventreur va semer la panique dans une petite ville et obliger les inspecteurs qui s’occupent de cette affaire à collaborer avec un étrange personnage et à se remettre en question.

  1. Quel domaine d’écriture avez-vous choisi ?

Les thrillers. Comme je l’ai dit plus haut, j’adore tout ce qui est horreur ou fantastique mais je trouve que ce qui est le plus effrayant est de pouvoir se dire, cela peut arriver. Dans les thrillers, j’ai trouvé le moyen de pouvoir exprimer ces peurs.

  1. Pouvez-vous partager avec nous un extrait de votre livre ?

Elle vit l’autre monstre s’approcher d’elle et allumer une cigarette. Une évidence se fit en elle, ils allaient la torturer, lui faire excessivement mal.

Maman écrasa à plusieurs reprises sa cigarette sur ses jambes avec une satisfaction non feinte. A chaque brûlure, tout son être hurlait. L’autre prenait son temps, se délectait de la souffrance de la captive.

L’odeur de chair brûlée était omniprésente, écœurante.

Elle ne pouvait même plus se débattre car à chaque mouvement, l’espèce de larve appliquait une pression plus forte sur son genou ce qui avait pour conséquence de bloquer la respiration de Chris un peu plus.

Quand le calvaire prit fin, la jeune femme n’était plus qu’un corps sans vie, brisé. Une poupée de chiffon qui avait tellement souffert qu’elle appelait la mort avec frénésie, avec désespoir.

Elle se concentra et entra dans son esprit. Elle ferma la porte de la peur et jeta la clé aux oubliettes.

  1. Pourquoi avoir choisi cet extrait en particulier ?

Toute la force de Chris (mon héroïne) se passe dans son esprit. Au fur et à mesure des sévices qu’elle subit, elle va puiser au plus profond d’elle-même pour pouvoir supporter l’insoutenable. Mais jusqu’où pourra-t-elle aller pour s’en sortir ?

C’est cette question que j’ai souhaité que le lecteur se pose tout au long de sa lecture.

  1. Donnez-nous des liens utiles qui puissent nous permettre de vous suivre : site web, liens sur vos réseaux sociaux

https://www.facebook.com/deborah.coladonato

www.instagram.com/deborahcoladonato

https://www.estelaseditions.com/2021/05/03/le-bal-des-psychopathes-un-thriller-de-gabriel-c/

  1. Dans vos rêves d’enfant, rêviez-vous de devenir écrivain ?

Pas forcément. Je rêvais surtout que mes histoires prennent vie dans la réalité. Je me voyais plus en magicienne 😊

  1. D’où vous est-il venu l’envie d’écrire ?

Mes idées se bousculent depuis des années dans ma tête. A un moment donné, je me suis dit qu’il était temps qu’elles sortent et le meilleur moyen pour moi était de les mettre par écrit.

Ensuite, comme tout être humain, je sais que notre passage sur terre est éphémère et le fait de laisser une petite trace de moi à mes enfants, ma famille, mes lecteurs me procure un sentiment réconfortant.

  1. Quel est le titre de votre premier livre ?

Mon premier roman s’intitule « Le Bal des Psychopathes ». il s’agit d’un thriller psychologique. Un huis-clos entre quatre personnages.

  1. C’est quoi être écrivain pour vous ? Un pis-aller ou une passion ?

Pour moi, c’est une passion et c’est surtout un bon moyen de raconter des histoires. Un écrivain est un conteur. Un conteur de rêves ou de cauchemars 😊

  1. Avez-vous d’autres passions outre la littérature ?

Pendant longtemps, j’ai dessiné. Ensuite, je me suis essayée à la peinture mais tout me ramenait vers la lecture et l’écriture. Je suis aussi une grande cinéphile, tous les films que je regarde restent dans mon univers. Une de mes autres passions à part l’écriture est ma famille.

  1. Avez-vous un dernier détail à clarifier ? Quelque chose à ajouter ?

Je voudrais remercier toutes les personnes qui me suivent et qui me lisent. J’ai fait de très belles rencontres grâce à l’écriture et même des amitiés.

Je remercie également Le live du livre de me donner l’opportunité de me faire connaître.

J’ai aussi la chance d’être dans une maison d’édition qui fait un boulot incroyable et qui surtout à des liens avec ses auteurs et je les en remercie.

  1. Quel sentiment éprouvez-vous face à votre parcours littéraire ?

C’est encore tout nouveau pour moi mais cela me touche toujours lorsqu’un lecteur me dit qu’il a aimé mon livre ou que je découvre sur des groupes ou des sites des commentaires sur mon roman. J’espère que le second plaira autant que le premier.

Par contre, il y a une vraie difficulté à se faire connaître lorsque l’on débute. Beaucoup d’auteurs sont découragés ou abandonnent en cours de route. Ce qui est dommage car même si certains n’ont pas un grand nom, leurs écrits sont incroyables. C’est un monde très difficile.

Dans tous les cas, cela reste pour moi une fabuleuse aventure.

2 Comments

  1. Très bel interview.
    Merci à le live du livre pour ces questions et à Déborah pour ces réponses.
    J’ai aimé le bal des psychopathes et j’ai aimé les yeux crépusculaires. Tu es une formidable écrivaine qui mérite vraiment d’être lu et reconnu.

Laisser un commentaire