Sommaire

Partagez cet article

Comment faire face au refus de mon manuscrit par les éditeurs ?

Sommaire

Partagez cet article

Je connais bien le sentiment de frustration et de déception qui vous envahit lorsque vous recevez une lettre de refus d’un éditeur. Je le vis personnellement tous les jours. 

J’ai moi-même écrit un roman, que j’ai envoyé à plusieurs maisons d’édition, en espérant qu’il trouverait son public. 

Mais à chaque fois, la même réponse : “Nous avons lu avec attention votre manuscrit, mais nous ne pouvons pas le retenir pour notre catalogue“. 

Comment ne pas se sentir blessé, rejeté, incompris ? Comment garder la motivation et la confiance en soi ? Comment continuer à écrire malgré les obstacles

Dans cet article de blog, je vais partager avec vous mon expérience et mes conseils pour surmonter le refus de votre manuscrit par les éditeurs, et pour poursuivre votre chemin d’écrivain.

Sommaire

1. Comment faire face au refus de votre manuscrit par les éditeurs : Conseils pour les écrivains débutants ?

Comment faire face au refus de mon manuscrit par les éditeurs ?
Comment faire face au refus de mon manuscrit par les éditeurs ?

Vous avez passé des mois, voire des années, à écrire votre roman, à le peaufiner, à le relire. 

Vous avez enfin osé l’envoyer à des maisons d’édition, persuadé que votre histoire mérite d’être lue par le plus grand nombre. 

Mais voilà, les réponses négatives s’accumulent, les lettres de refus se ressemblent, et vous commencez à douter de vous, de votre talent, de votre projet. 

Comment réagir face à ce rejet ? Comment ne pas se décourager et continuer à croire en son rêve d’écrivain ? 

L’écriture d’un livre peut être un processus long et difficile, et la réception d’un refus de la part des éditeurs peut être très décourageante. 

Cependant, il est important de se rappeler que le rejet n’est pas nécessairement une indication de la qualité de votre travail. Et, le rejet fait partie intégrante du processus d’écriture et de publication, et il est important de savoir comment y faire face. 

Ne prenez pas le rejet personnellement

Le rejet de votre manuscrit ne signifie pas que votre travail est mauvais.

Il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles un éditeur ne souhaite pas publier votre livre, notamment le manque de ressources, l’alignement de votre travail avec leur catalogue existant, etc.

Il est important de ne pas prendre le rejet personnellement et de continuer à travailler sur votre écriture.

Utilisez les commentaires des éditeurs

Si vous recevez des commentaires de l’éditeur qui a rejeté votre manuscrit, utilisez-les pour améliorer votre travail. Les commentaires peuvent vous aider à identifier les faiblesses de votre travail et à apporter des améliorations significatives. N’ayez pas peur de demander des commentaires à plusieurs éditeurs pour avoir une perspective plus large. 

Le processus de publication peut être long et difficile, et il est important de persévérer. Si votre manuscrit est rejeté par un éditeur, continuez à soumettre votre travail à d’autres éditeurs. Il peut être utile d’avoir une liste de plusieurs éditeurs potentiels pour soumettre votre travail.

Persévérez

Le processus de publication peut être long et difficile, et il est important de persévérer. Si votre manuscrit est rejeté par un éditeur, continuez à soumettre votre travail à d’autres éditeurs. Il peut être utile d’avoir une liste de plusieurs éditeurs potentiels pour soumettre votre travail.

Recherchez des éditeurs qui publient des livres dans votre domaine

Assurez-vous de rechercher des éditeurs qui publient des livres dans votre domaine. Les éditeurs qui publient des livres dans votre domaine seront plus susceptibles de comprendre votre travail et de l’apprécier. 

Faites des recherches sur les maisons d’édition et leurs catalogues pour trouver les éditeurs qui correspondent le mieux à votre travail.

2. Les raisons pour lesquelles les éditeurs rejettent votre travail et comment y remédier

Si vous êtes un écrivain qui aspire à publier son œuvre, vous savez à quel point il peut être frustrant de recevoir des lettres de refus de la part des éditeurs. 

Mais ne désespérez pas, car il existe des moyens d’améliorer vos chances d’être accepté. Voici quelques-unes des raisons les plus courantes pour lesquelles les éditeurs rejettent votre travail et comment y remédier.

- Votre travail n'est pas adapté à leur ligne éditoriale.

Chaque éditeur a sa propre vision et sa propre spécialité. Il est donc important de faire des recherches sur les éditeurs auxquels vous envoyez votre travail et de vous assurer qu’ils publient des livres dans votre genre, votre style et votre public cible. 

Si vous envoyez un roman policier à un éditeur spécialisé dans la littérature jeunesse, vous risquez fort de recevoir une réponse négative.

- Votre travail n'est pas assez original ou accrocheur.

Les éditeurs reçoivent des centaines de manuscrits chaque semaine, et ils doivent faire un tri rapide pour sélectionner ceux qui méritent leur attention. Il est donc essentiel que votre travail se démarque par son originalité, sa créativité et son potentiel commercial. Vous devez capter l’intérêt de l’éditeur dès les premières pages, en lui présentant des personnages attachants, une intrigue captivante et un style fluide.

- Votre travail n'est pas assez travaillé ou corrigé.

Les éditeurs apprécient les écrivains qui prennent le temps de peaufiner leur travail avant de le soumettre. Cela montre que vous êtes sérieux, professionnel et respectueux de leur travail. 

Si votre manuscrit est truffé de fautes d’orthographe, de grammaire ou de syntaxe, si votre structure est confuse ou si votre style est inégal, vous risquez de donner une mauvaise impression à l’éditeur et de compromettre vos chances d’être publié.

- Votre travail n'est pas accompagné d'une bonne lettre de présentation.

La lettre de présentation est le premier contact que vous avez avec l’éditeur, et elle doit être soignée, concise et convaincante.

Elle doit présenter brièvement qui vous êtes, quel est votre parcours, quel est le titre et le genre de votre œuvre, quel est le résumé de votre intrigue et pourquoi vous pensez que votre œuvre correspond à la ligne éditoriale de l’éditeur.

Vous devez également respecter les consignes de soumission de l’éditeur, en lui envoyant le nombre de pages demandé, le format requis et les coordonnées nécessaires.

Si vous suivez ces conseils, vous augmenterez vos chances d’attirer l’attention des éditeurs et de voir votre travail publié.

Mais n’oubliez pas que le processus d’édition peut être long et aléatoire, et qu’il faut parfois essuyer plusieurs refus avant de trouver le bon éditeur. Ne perdez pas espoir, continuez à écrire et à vous améliorer, et gardez confiance en votre ta.

3. Rejeter le rejet : Comment persévérer dans votre quête de publication

Comment faire face au rejet ?

Si vous êtes un écrivain, vous savez que le rejet fait partie du processus de publication.

Que vous soumettiez un article à une revue scientifique, un roman à une maison d’édition ou un essai à un magazine, vous devez vous attendre à recevoir des lettres de refus. 

Mais comment faire face au rejet sans perdre confiance en soi et en son travail ? Comment continuer à écrire et à envoyer des manuscrits malgré les obstacles ? Voici quelques conseils pour rejeter le rejet et persévérer dans votre quête de publication.

Considérez le rejet comme une opportunité d’apprentissage

Au lieu de prendre le rejet comme une critique personnelle, essayez de le voir comme une source de feedback constructif. Qu’est-ce que la lettre de refus vous dit sur les points forts et les faiblesses de votre texte ? 

Quelles sont les suggestions d’amélioration que vous pouvez appliquer ? Comment pouvez-vous rendre votre texte plus adapté au public et au genre visés ?

– Ne prenez pas le rejet comme une vérité absolue. 

Le rejet ne signifie pas que votre texte est mauvais ou que vous n’avez pas de talent. Il signifie simplement que votre texte n’a pas répondu aux attentes ou aux besoins d’un éditeur ou d’un comité de lecture particulier. 

Il se peut que votre texte soit trop original, trop spécialisé, trop controversé ou trop similaire à d’autres textes déjà publiés. Il se peut aussi que votre texte soit excellent, mais qu’il n’y ait pas assez de place ou de budget pour le publier. 

Le rejet est donc souvent subjectif et aléatoire, et ne reflète pas la valeur intrinsèque de votre texte.

– Persistez et diversifiez vos envois. 

Ne laissez pas le rejet vous décourager ou vous empêcher de continuer à écrire et à soumettre vos textes. Au contraire, utilisez le rejet comme une motivation pour persévérer et améliorer votre écriture. 

N’abandonnez pas après un seul refus, mais envoyez votre texte à d’autres éditeurs ou revues qui pourraient être intéressés. Faites des recherches sur les critères et les préférences de chaque destinataire, et adaptez votre texte en conséquence. 

N’hésitez pas à explorer différents genres, formats et supports pour augmenter vos chances de publication.

4. L'auto-édition ou la soumission à un éditeur : Que faire après avoir reçu un refus ?

L’auto-édition consiste à publier votre livre par vos propres moyens, sans passer par un intermédiaire.

Vous avez ainsi le contrôle total sur le contenu, le format, le prix et la distribution de votre ouvrage.

Vous pouvez utiliser des plateformes en ligne qui vous proposent des services d’impression, de diffusion et de promotion.

L’auto-édition vous permet de toucher directement vos lecteurs et de garder la majorité des revenus générés par les ventes.

5. Apprendre de l'échec : Comment utiliser les commentaires des éditeurs pour améliorer votre écriture ?

Les éditeurs sont des professionnels qui connaissent le marché du livre et les attentes des lecteurs. 

Leurs commentaires peuvent vous aider à identifier les forces et les faiblesses de votre manuscrit, et à apporter les modifications nécessaires pour le rendre plus attrayant et plus vendable. Voici quelques conseils pour utiliser les commentaires des éditeurs pour améliorer votre livre :

– Lisez attentivement la lettre de refus et notez les points principaux. Qu’est-ce que l’éditeur a aimé et n’a pas aimé dans votre livre ? Quelles sont les raisons du refus ? Quelles sont les suggestions d’amélioration ?

– Comparez les commentaires de différents éditeurs si vous en avez reçu plusieurs. Y a-t-il des points communs ou des divergences ? Quels sont les aspects de votre livre qui font consensus ou qui font débat ?

– Analysez objectivement votre manuscrit à la lumière des commentaires reçus. Soyez honnête avec vous-même et acceptez la critique constructive. Ne prenez pas les commentaires comme une attaque personnelle, mais comme un moyen de progresser.

– Apportez les changements nécessaires à votre manuscrit en tenant compte des commentaires pertinents et en respectant votre vision artistique. Ne changez pas tout ce que l’éditeur vous dit, mais ne vous obstinez pas non plus à garder des éléments qui nuisent à la qualité de votre livre. Trouvez un équilibre entre votre voix d’auteur et les exigences du marché.

– Relisez votre manuscrit modifié et faites-le relire par des bêta-lecteurs ou des professionnels. Demandez-leur leur avis sur les changements apportés et vérifiez si votre livre est plus clair, plus cohérent, plus captivant et plus original qu’avant.

– Soumettez à nouveau votre manuscrit aux éditeurs qui ont exprimé un intérêt pour votre projet ou qui acceptent les révisions. Montrez-leur que vous avez tenu compte de leurs commentaires et que vous avez travaillé dur pour améliorer votre livre. Soyez confiant mais humble, et espérez une réponse positive.

6. Les erreurs courantes à éviter lors de la soumission de votre manuscrit à un éditeur

Erreurs courantes à éviter lors de la soumission de votre manuscrit à un éditeur

Vous avez terminé votre manuscrit et vous êtes prêt à le soumettre à un éditeur.

Félicitations ! Mais avant de cliquer sur le bouton “envoyer”, assurez-vous d’éviter ces erreurs courantes qui pourraient compromettre vos chances d’être publié.

– Ne pas respecter les consignes de soumission.

Chaque éditeur a ses propres exigences en matière de format, de longueur, de genre, de public cible, etc. Lisez attentivement les consignes de soumission et adaptez votre manuscrit en conséquence. 

Si vous ne respectez pas les consignes, vous risquez de donner l’impression que vous n’êtes pas professionnel ou que vous n’avez pas fait vos recherches.

– Ne pas se relire ou faire relire son manuscrit.

Même si vous avez confiance en votre orthographe et en votre grammaire, il est toujours possible que votre manuscrit contienne des fautes, des incohérences, des répétitions ou des passages confus. 

Relisez votre manuscrit plusieurs fois, idéalement à voix haute, et faites-le relire par une personne extérieure qui pourra vous donner un avis objectif et constructif. Un manuscrit bien écrit et bien corrigé aura plus de chances d’attirer l’attention d’un éditeur.

– Ne pas personnaliser sa lettre d’accompagnement.

La lettre d’accompagnement est la première impression que vous donnez à l’éditeur. Elle doit être courte, claire et pertinente. Présentez-vous brièvement, expliquez pourquoi vous avez choisi cet éditeur et ce qui rend votre manuscrit unique et intéressant. Évitez les formules génériques ou les compliments excessifs. Adressez-vous à l’éditeur par son nom et montrez que vous connaissez son catalogue et sa ligne éditoriale.

– Ne pas être patient ou respectueux.

Soumettre un manuscrit à un éditeur demande du temps et de la patience. Les délais de réponse peuvent varier de quelques semaines à plusieurs mois, selon le nombre de manuscrits reçus et le processus de sélection. 

Ne relancez pas l’éditeur trop souvent ou trop tôt, sauf si vous avez une offre d’un autre éditeur. Respectez le choix de l’éditeur, qu’il soit positif ou négatif, et ne répondez pas avec agressivité ou amertume si vous recevez une lettre de refus. 

Gardez à l’esprit que le monde de l’édition est petit et que votre attitude peut avoir des conséquences sur votre réputation.

En conclusion…

Le rejet de votre manuscrit par les éditeurs peut être décourageant, mais il est important de ne pas abandonner votre rêve de publier votre travail. 

En utilisant les commentaires des éditeurs, en persévérant et en recherchant des éditeurs qui publient des livres dans votre domaine, vous pouvez améliorer vos chances de publication. Et si tout le reste échoue, l’auto-édition est toujours une option viable.

1. Comment gérer émotionnellement le rejet de mon manuscrit ?

Le rejet émotionnel peut être difficile à gérer, mais il est important de se rappeler que cela fait partie du processus d’écriture.

Vous pouvez parler à des amis ou à d’autres écrivains pour obtenir du soutien et des conseils, ou prendre une courte pause pour vous permettre de vous remettre sur pied.

2. Devrais-je continuer à essayer de publier mon manuscrit après avoir reçu un rejet ?

Oui, continuer à essayer de publier votre travail est important. Les éditeurs peuvent avoir des opinions différentes et le rejet ne signifie pas nécessairement que votre travail n’est pas de qualité. Il est important de rester persévérant et de continuer à soumettre votre travail à d’autres éditeurs.

3. Comment puis-je utiliser les commentaires de l'éditeur pour améliorer mon travail ?

Les commentaires des éditeurs sont précieux pour améliorer votre travail.

Vous pouvez les utiliser pour identifier les faiblesses de votre manuscrit et apporter des améliorations significatives.

Il est également important de prendre en compte les commentaires de plusieurs éditeurs afin d’avoir une perspective plus large.

4. Devrais-je envisager l'auto-édition si mon manuscrit est continuellement rejeté ?

L’auto-édition est une option viable si votre manuscrit est continuellement rejeté.

Cela vous donne le contrôle total sur le processus de publication, mais cela signifie également que vous devrez gérer tous les aspects de la publication vous-même.

5. Comment puis-je améliorer mes chances de publier mon travail à l'avenir ?

Pour améliorer vos chances de publier votre travail à l’avenir, vous pouvez travailler sur l’amélioration de votre écriture, trouver des éditeurs qui publient des livres dans votre domaine, et être prêt à apporter des changements à votre travail en fonction des commentaires des éditeurs.

Il est également important de rester persévérant et de ne pas abandonner votre rêve de publier votre travail.

Nos articles précédents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire