Sommaire

Partagez cet article

Entrevue avec Dominique Faure

Sommaire

Partagez cet article

Dominique Faure est Docteur ès lettres et partage sa vie entre la France et le Luxembourg.
La direction de la collection audiolivres de son éditeur, l’écriture et la musique sont ses
passions.

Dominique Faure

Dominique Faure

Lire aussi l’article sur la biographie de Laurence Kiehl

1. Parlez-nous de vous afin que nos internautes vous connaissent

Je m’appelle Dominique Faure.
Dominique est l’un des prénoms les plus neutres qui soient.
Tantôt pour un homme. Tantôt pour une femme. Ou bien ni l’un ni l’autre. Ou bien l’un et l’autre à la
fois. Un prénom panaché, qui me va bien !
Je me partage entre Paris, l’Auvergne d’où une partie de ma famille est originaire et le Luxembourg,
où, dans un rayon de dix kilomètres autour de mon petit village, sont réunies 75 nationalités
différentes, différentes et dans un accord parfait, fait de respect et de convivialité, de cordialité.
Panachage encore. C’est sous le signe du panachage que je me sens le mieux !
Ma vie est pour beaucoup consacrée à la création d’outils pédagogiques alternatifs ainsi qu’à la
création littéraire, à la musique, au pastel animalier…
Je dirige depuis peu la collection Audiobooks chez mon éditeur.

2. Pourquoi écrivez-vous ?

Parce qu’écrire me fait plaisir ! J’aime le glissement de la plume sur le papier, la page noircie qu’on
tourne pour vite en avoir une blanche, vite vite parce que ça ne peut pas attendre, les cinq ou six
feuilles à côté de l’ordinateur prêtes à être saisies, l’imprimante et ses vrombissements , les feuillets
écrits que je porte sur le canapé pour en lire le texte à haute voix en l’enregistrant… car j’aime aussi
lire à haute voix, mes textes, ceux des autres parfois.

3. Depuis quand écrivez-vous ? À quel âge la lecture et l’écriture sont devenus vos passions ?

J’écris depuis l’école primaire, les rédactions où l’on me demandait de raconter de petits événements
de ma vie d’enfant. Puis j’ai véritablement commencé à écrire à l’âge de 13 ans, tenant un « journal »
sur lequel je reportais les petites et plus grandes expériences de mon adolescence jusqu’au début de
ma vie d’adulte. J’ai toujours beaucoup lu, des livres pour mon âge, des livres trop difficiles pour mon
âge, que je savourais quand même, comme je pouvais. Puis j’ai écrit véritablement à partir de l’âge
de 16 ans, de courts récits, des nouvelles, des poèmes en quantité, des « bouts de texte » restés dans
des tiroirs…

4. Quel est votre source d’inspiration ?

Tout ou presque peut m’inspirer. Je me mets facilement à la place des gens pour vivre de qu’ils
vivent, ressentir ce qu’ils peuvent ressentir.

5. Parlez-nous de vos livres…

Plusieurs des nouvelles et des romans que j’ai écrits ne sont pas parus en édition. Pour l’un d’entre
eux, j’ai reçu le deuxième prix à un concours à Paris. C’est le premier prix qui donnait lieu à une
édition… Deux romans qui se font suite, résolument humoristiques, ont suivi ces débuts et ont été
publiés chez Le Manuscrit.com. Puis je viens de publier, en novembre dernier, aux éditions Ex Aequo

(« Editeur militant »), un roman un peu particulier qui a eu l’honneur de recevoir jusqu’à présent de
très bonnes critiques…

6. Quel domaine d’écriture avez-vous choisi ?

J’écris dans différents domaines : romans et nouvelles mais aussi et surtout créations pédagogiques
innovantes, ludiques, avec beaucoup de personnages dont je fais les voix pour certains d’entre eux,
des illustrations, le tout non scolaire pour les jeunes et les moins jeunes qui veulent s’améliorer en
orthographe, en calcul pour le quotidien, en communication pour le travail, en raisonnement
logique. Mes outils pédagogiques, pour beaucoup des logiciels, sont adaptés dans beaucoup de
langues et disponibles gratuitement.

7. Pouvez-vous partager avec nous un extrait de vos livres ?

Je publie régulièrement des extraits sur ma page Facebook auteur.
En voici donc un. Vous m’y retrouverez et me découvrirez en tant que François, le narrateur, mon
double, mon autre moi-même. Eh oui, c’est une confidence que je fais, surprenante sans doute : je
suis Dominique, que vous connaissez très bien, ou un peu, ou pas du tout selon notre relation, et
François, que personne ne connaît encore et qui est aussi… moi, depuis toujours.
L’extrait (Dans Frédéric – Instants de grâce, Éditions @Ex Aequo 2021 : Chapitre 1 : Rencontre) :
« Je n’en reviens pas d’être attablé devant vous, dans ce restaurant tout près du studio de Radio 13
où nous venons de nous rencontrer.  (…)
Votre voix est douce, plutôt haute, assez peu modulante sans être monotone et, de ce fait, agréable.
Les gestes qui l’accompagnent sont mesurés tout en étant gracieux, aucunement maniérés. Vous
êtes un homme… féminin, dont l’alliance des deux genres semble très naturelle. Je me rends compte
que j’y suis sensible, très sensible. (…)
Vos sourcils, légèrement arqués, mobiles et éloquents, viennent parfois animer la sobriété de votre
visage. De temps à autre, un geste rapide de vos doigts rectifie une mèche égarée sur votre front.
Je sens mes pensées commencer à divaguer. Combien de personnes, tout genre confondu, ont dû
éprouver l’envie de vous serrer contre elles ? Vous êtes-vous laissé faire ? Je ne vous imagine guère
dans les bras d’une femme. Avec un homme ? Peut-être… »

8. Pourquoi avoir choisi cet extrait en particulier ?

J’ai choisi cet extrait parce que tout d’abord il est au tout début du livre et présente la situation et les
deux personnages dont celui auquel j’ai donné le titre, Frédéric. Ensuite, parce qu’il introduit un des
thèmes qui me tiennent à cœur : l’alliance des deux genres en une même personne.

9. Donnez-nous des liens utiles qui puissent nous permettre de vous suivre : site web, liens sur vos
réseaux sociaux

Avec plaisir !

https://www.facebook.com/Dominique-Faure-Auteur-105490075298539
https://www.instagram.com/dominiquefaure4/?hl=fr
https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6872450435848929280/
Et pour le site de mon association pédagogique (tous les outils mis en ligne sont librement
téléchargeables, sans publicité)
https://www.euro-cordiale.lu/

10. Dans vos rêves d’enfant, rêviez-vous de devenir écrivain ?

Bien sûr ! Je rêvais d’avoir un « stylo à quatre couleurs » doré quand j’étais en primaire puis un beau
stylo à plume, doré également. Je dois dire que j’ai eu les deux et que je m’en suis beaucoup servi !
Je me voyais écrivain, à ma table de travail, le soir, chaque soir. Et je l’ai été ! Un bonheur de devenir
ce qu’on voulait être !

11. D’où vous est-il venu l’envie d’écrire ?

J’ai eu envie d’écrire pour moi-même d’abord puis, en voyant que ce que j’écrivais plaisait à
d’autres… J’aime émouvoir, amuser, faire rire aux éclats devant une phrase bien trouvée ou un
passage burlesque !

12. Quel est le titre de votre premier livre ?

« Le caméléon » (non paru) et, paru, « Mésaventures d’un cambrioleur détective ».

13. C’est quoi être écrivain pour vous ? Un pis-aller ou une passion ?

…une passion, bien sûr ! Une activité qui vous sort de vous-même pour aller où vous voulez, suivre le
cours de vos désirs, de votre plaisir.

14. Avez-vous d’autres passions outre la littérature ?

Oui, beaucoup ! Lire des textes à haute voix (pour un public ou en m’enregistrant), accompagner des
chansons au piano pour chanter en faisant chanter mes ami.e.s, dessiner des animaux au pastel sec…
entre autres.

15. Avez-vous un dernier détail à clarifier ? Quelque chose à ajouter ?

J’ai enfin quitté mon « drôle de placard » (« non binaire », « bigenre ») après de nombreuses années,
ce qui a été accueilli beaucoup mieux que je ne le pensais. Je préfère qu’on s’adresse à moi au neutre
plutôt qu’au féminin ou au masculin.

16. Quel sentiment éprouvez-vous face à votre parcours littéraire ?

Je fais enfin ce que j’aurais toujours voulu faire : écrire et recevoir en retour l’expression des
ressentis que j’ai voulu donner par mes textes, les lire pour qu’ils deviennent des livres audio,
entendre qu’ils ont fait du bien et qu’ils ont été utiles. Se faire plaisir en même temps que de faire
plaisir et se sentir utile…

Nos articles précédents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire