Sommaire

Partagez cet article

Lettre à un jeune romancier sénégalais : les conseils d’Alain Mabanckou pour réussir dans le monde du livre

Sommaire

Partagez cet article

Dans sa “Lettre à un jeune romancier sénégalais” parue chez Le Robert, Alain Mabanckou raconte ses débuts dans le monde du livre.

Etait-il toujours ce grand homme de lettres que nous connaissons ? Non !

Il a même commencé en auto-édition après avoir fait face à plusieurs refus de ses livres par les éditeurs.

Et même à ce moment, après avoir dépensé son argent, il n’obtient pas la foule de lecteur à laquelle il s’attend. 

Tout au début, il raconte sa rencontre avec le premier livre, la Bible, quand il allait à l’église Saint-Jean-Bosco à Pointe-Noire.

Présentation de "Lettre à un jeune romancier sénégalais"

Lettres à un jeune romancier sénégalais - Alain Mabanckou

Dans son ouvrage intitulé “Lettre à un jeune romancier sénégalais”, Alain Mabanckou ne se contente pas de donner des conseils aux jeunes écrivains pour réussir dans le monde de la littérature.

Il partage des souvenirs de son enfance à Pointe-Noire, une ville portuaire située au Congo-Brazzaville.

Il y évoque notamment ses premiers pas à l’école, à l’âge de six ans, et les versets bibliques qu’il aimait réciter devant ses camarades de classe.

En effet, Alain Mabanckou a grandi dans une famille chrétienne et la religion a été très présente dans sa vie dès son plus jeune âge.

Il explique dans son livre comment cette éducation religieuse a influencé sa manière de penser et d’écrire, mais aussi comment elle lui a permis de développer sa créativité et son imagination.

Outre ces récits personnels, Alain Mabanckou livre également des réflexions sur l’écriture, la littérature et le rôle de l’écrivain dans la société.

Il aborde des sujets tels que la langue, la force de l’oralité en Afrique et la situation de la langue française.

Tout au long de son ouvrage, il encourage les jeunes écrivains à persévérer dans leur passion pour l’écriture, malgré les difficultés et les obstacles qu’ils peuvent rencontrer sur leur chemin.

En somme, “Lettre à un jeune romancier sénégalais” est un livre riche en enseignements et en anecdotes, qui plaira autant aux amateurs de littérature qu’aux jeunes écrivains en herbe.

Quatrième de couverture

« Nous sommes dans l’ère de la mutation, cher Alioune, et ce sont les rencontres, comme la nôtre, qui définissent de plus en plus nos rapports.

Les nationalités ne veulent plus rien dire. Tu es Sénégalais, je suis Congolais. Et alors ? Notre fraternité est liée à la complicité que nous éprouvons en nous lisant les uns les autres. »

Après Rainer Maria Rilke et ses Lettres à un jeune poèteMario Vargas Llosa et ses Lettres à un jeune romancier, Alain Mabanckou répond aux questions posées par Alioune, jeune Sénégalais de 18 ans apprenti romancier.

L’enfance grande ouverte sur les mots, l’épiphanie de la vocation, les joies de la création, mais aussi les tourments de la solitude et de l’angoisse…
Alain Mabanckou se raconte avec la sagesse et l’humanité qui caractérisent toute son œuvre.

Ce titre fait partie de la collection SECRETS D’ÉCRITURE, consacrée à l’art d’écrire
L’ambition est de rassembler dans une collection référente les plus grands auteurs et autrices de la littérature contemporaine francophone et de dévoiler la fabrique de la création littéraire dans toute sa richesse.

Récit intime retraçant le parcours de l’auteur, depuis la naissance de l’écriture jusqu’au succès, chaque livre, signé des plus grandes plumes d’aujourd’hui, est écrit et se lit comme un roman – preuve que l’aventure de l’écriture est aussi captivante que la fiction !

Si chaque récit raconte la page blanche, les doutes et le travail exigeant, il témoigne avant tout du plaisir à devenir et à être écrivain.

On trouvera au fil des chapitres des illustrations, des passages en écriture manuscrite, des brouillons, des croquis représentant l’auteur au travail : ces documents personnels, souvent inédits, donnent à chaque ouvrage l’allure et la vitalité d’un carnet de création. « Secrets d’écriture », c’est la promesse d’un voyage littéraire, une plongée au cœur du mystère de la création littéraire et des trésors de conseils au lecteur.

Alain Mabanckou : présentation et parcours

Les Afriques mobiles d'Alain Mabanckou

Né au Congo en 1966, Alain Mabanckou est l’auteur d’une dizaine de romans dont Verre Cassé (2005) et Mémoires de Porc-épic (Prix Renaudot 2006).

Ses œuvres littéraires ont été traduites dans plus de vingt langues. Il donne actuellement des cours de littérature francophone à l’Université de Californie-Los Angeles (UCLA).

Les livres d’Alain Mabanckou

Alain Mabanckou est un écrivain prolifique dont l’œuvre a été largement saluée par la critique littéraire.

Il a publié de nombreux romans, recueils de poèmes et essais, qui traitent de sujets variés tels que l’identité, la culture africaine, la politique, l’immigration, la mondialisation, etc.

Son style d’écriture est souvent caractérisé par son humour, sa vivacité, sa fluidité et sa musicalité, ainsi que par sa capacité à mélanger les genres et les registres de langue.

Il puise son inspiration dans son expérience personnelle, mais aussi dans l’histoire et la culture de l’Afrique, du Congo en particulier.

Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer :

  • Verre Cassé,
  • Black Bazar,
  • Petit Piment,
  • Mémoires de Porc-épic ou encore
  • Les cigognes sont immortelles.

Plusieurs de ses livres ont été traduits dans de nombreuses langues et ont connu un succès international.

En reconnaissance de son talent littéraire, Alain Mabanckou a reçu de nombreux prix et distinctions au cours de sa carrière.

Il a notamment remporté le Prix Renaudot en 2006 pour son roman “Mémoires de Porc-épic”, ainsi que le Grand Prix de littérature Henri Gal en 2013.

Quels conseils tirer de "Lettre à un jeune romancier sénégalais" ?

Dans “Lettre à un jeune romancier sénégalais” plusieurs conseils pour réussir dans le monde du livre.

Les quatre principaux sont… 

  • Écrire régulièrement et lire beaucoup

Selon Alain Mabanckou, pour devenir un bon écrivain, il est essentiel d’écrire régulièrement. Il recommande aussi de lire beaucoup pour s’inspirer de différents styles et univers littéraires.

  • Trouver sa voix et son style d’écriture

L’écrivain conseille de trouver sa propre voix et son style d’écriture, en explorant différentes techniques d’écriture et en étant créatif.

  • Être persévérant et ne pas abandonner

Alain Mabanckou souligne l’importance de la persévérance et de la détermination pour réussir dans le monde du livre.

Il encourage les jeunes écrivains à ne pas abandonner face aux difficultés et à continuer d’écrire malgré les obstacles.

  • Être ouvert aux critiques et à l’apprentissage

Enfin, l’écrivain conseille aux jeunes écrivains d’être ouverts aux critiques constructives, de les accepter et de les utiliser pour s’améliorer. Il encourage également les écrivains à continuer d’apprendre et de se perfectionner tout au long de leur carrière.

Conclusion

Dans “Lettre à un jeune romancier sénégalais”, l’auteur souligne notamment l’importance de la persévérance, de la détermination, mais pas seulement

L’inspiration, la créativité et la lecture sont tout aussi importants pour réussir dans le monde de la littérature.

Il encourage également les jeunes écrivains à

  • Trouver leur propre voix et leur propre style d’écriture,
  • Accepter les critiques constructives et
  • Continuer d’apprendre tout au long de leur carrière.

En ce qui concerne les jeunes écrivains sénégalais, Alain Mabanckou encourage les écrivains à puiser dans leur propre culture.

Dans leur propre histoire pour écrire des histoires authentiques et originales.

Il souligne également l’importance de l’écriture en tant que moyen de transmettre les traditions, les valeurs et les expériences d’une culture à la génération suivante.

Avant de finir, je reviens sur une question que j’ai eu l’occasion de lui poser à Bukavu : “Quand sait-on qu’on est devenu écrivain ?

Sa réponse m’a surprise car je m’attendait à ce qu’il me dise qu’il fallait avoir tel âge, tel nombre d’exemplaire vendus… Il m’a répondu

C’est une question d’état d’esprit. Comment tu te vois toi-même ? Comme un grand ? Un petit ? C’est comme cela que les autres te verront aussi.

Comme quoi, il faut savoir qui on est avant que les autres ne disent qui nous sommes. 

Nos articles précédents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire